Comment gérer l’attente en compétition

Période d’attente en compétition: habituelle ou imprévue ?

Dans les grandes compétitions sportives, il y a souvent des temps morts à gérer. Certains athlètes y sont habitués, car cela fait partie de leur discipline, comme par exemple les sauts et les lancers en athlétisme, où chaque athlète attend son tour entre 2 essais.
D’autres y sont plus rarement confrontés, et parfois des circonstances exceptionnelles imposent des temps d’arrêt qui ne sont pas prévisibles.
Voici 2 situations qui ont eu lieu juin 2012: 2 grands événements ont été perturbés par les intempéries:
– la finale homme à Roland Garros, qui s’est disputée sur 2 jours, après plusieurs interruptions
– le match de foot de l’équipe de France à l’Euro, interrompu au bout de 5 min par un orage violent.

Ressentis des athlètes

Comment ont réagit les sportifs concernés? Comment se sont-ils préparés à la reprise?

1. à Roland Garros:

Dans l’interview d’après match (source www.rolandgarros.com) R.Nadal répond à la question: “Es-tu content que le match ait été interrompu hier soir ? As-tu pu dormir facilement hier soir ? ”
R. Nadal:”Pour être honnête, j’ai été très nerveux toute la nuit. J’étais anxieux de reprendre le match avec ce qu’il restait à jouer. Même si, très clairement, c’était bien mieux pour moi que le match soit interrompu hier soir, vu les conditions. Sur les deux derniers jeux, les conditions du court n’étaient pas celles qu’il faut pour jouer un tournoi du Grand Chelem. Il fallait donc qu’on s’arrête. Mais j’ai eu le sentiment qu’effectivement l’interruption était positive pour moi. Je trouvais que l’interruption contre Ferrer, à 3 sets pour moi, ce n’étaient pas les bonnes conditions, une bonne interruption pour moi. Il y a eu plusieurs interruptions qui n’ont pas été positives pour moi. Mais la vérité est que la dernière interruption était importante pour moi, surtout parce que les conditions de jeu n’étaient pas les conditions normales.”
……
puis il précise : “J’ai passé une soirée un peu difficile, depuis hier. En fait, je joue ce match depuis vendredi, dans ma tête. Beaucoup de temps de préparation. Et puis, il y a eu les interruptions hier. Je me sentais fatigué et nerveux avant le match. Donc, j’avais la sensation de ne pas être totalement prêt pour le match, quelque chose comme deux heures avant le match. Et puis, je me suis senti prêt à rentrer sur le court, trois minutes avant de rentrer sur le court. Depuis que nous avons interrompu le match hier, c’est la première fois que je me suis senti en confiance pour aller jouer. C’était trois minutes avant de rentrer sur le court. Jusqu’à ce moment-là, j’étais vraiment nerveux et sans doute beaucoup trop nerveux pour le défi à relever. ”

2. à l’Euro de foot ( source www.sports.fr )

“Il a fallu meubler une attente qui a duré un petit peu moins d’une heure. Les joueurs se sont changés car ils étaient trempés, ensuite il y a eu une période de doute, il y avait de la pluie et de l’orage c’était dangereux, les officiels nous ont dit d’attendre 20 heures, on a été dans la salle d’échauffement, pour rester concerné et prêt pour la reprise “, explique l’entraîneur Laurent Blanc.
Nasri était confiant, pas Diarra. A ce moment-là, l’hypothèse du report semblait tenir la corde. “A aucun moment, on nous a dit que le match ne reprendrait pas car on savait que c’était le même type de pelouse que l’Emirates et donc que ça allait s’arranger “, explique Samir Nasri.
Cela n’a cependant pas été aussi clair pour tout le monde. “On pensait que le match serait annulé vu ce qui était tombé. Il faut féliciter les gens du stade”, assure ainsi Alou Diarra. L’UEFA a cependant rapidement annoncé qu’elle ferait un point à 20 heures. Ce sera même avant. “On nous a dit que le terrain buvait bien l’eau. C’est délicat, j’ai connu ça en Ligue 1 à Auxerre pour d’autres raisons, il faut rester concentré et se dire que le match va reprendre”, assure de son côté Olivier Giroud.
Personne ne s’est affolé, les Bleus ont ainsi pu se préparer comme il faut et repartir de plus belle.

L’oeil de l’expert

L’imprévu est une source de stress. En effet, lorsqu’un joueur s’est préparé et conditionné pour son match, il a planifié son échauffement, son alimentation en fonction de l’heure prévue et de la durée habituelle.( En tennis, durée moyenne estimable par le joueur). Les procédures et rituels sont bien en place.
Lorsqu’une interruption survient, les réactions diffèrent selon les individus et le contexte spécifique, comme le montrent les interviews. Il est possible d’anticiper en partie les réactions en séance de préparation mentale. En connaissant les points forts du joueur et en s’appuyant sur ses ressources, il est possible de l’aider à gérer les états émotionels en cas d’attente imprévue.
Voici quelques pistes de réflexion.

  • 1. Préserver son énergie pendant l’interruption, s’hydrater, s’alimenter
  • 2. Rester prêt à reprendre à tout instant ( en l’absence d’informations), en maintenant un degré d’activation type échauffement.
  • 3. Rester focaliser sur son objectif, en évitant les médias, les distractions, et même parfois les échanges avec les coéquipiers, l’entourage, qui peuvent déstabiliser en amenant leurs doutes!
  • 4. Eviter de penser au passé proche (actions ratées, erreurs) pour ne pas ajouter de la pression
  • 5. Utiliser les routines de concentration vues à l’entrainement

Le travail de préparation mental amène le joueur à savoir s’adapter à tous types de situations rencontrées en maintenant son calme intérieur.

Vous souhaitez progresser dans la gestion de vos émotions?
Agir maintenant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.